Saconney – Breda/Uslu – S2A

Saconney

L’idée proposée (binôme Ali USLU-Clément BREDA) est venue après des réflexions générales sur les drones. Ces objets semblent de plus en plus prendre de l’ampleur au fil du temps et paraissent être parmi les objets incontournables de demain. Leurs utilisations sont multiples et presque sans limites. Si l’utilisation de drones de loisir ou à usage militaire est d’actualité, certains parlent déjà de futures utilisations dans le sauvetage, la livraison ou même le transport taxi en ville !

Nous pensions donc pouvoir trouver une nouvelle idée originale d’utilisation de drones. Mais de nombreuses idées butaient sur un point : l’autonomie, en effet, malgré le développement des drones, leurs capacités de temps de vol ne dépassent rarement 40 minutes (usage civil). Après ce délai, il faut soit remplacer la batterie vide par une pleine ou bien la recharger, ce qui nécessité forcément un atterrissage et une interruption plus ou moins longue de l’activité du drone.

Nous avons donc essayé d’imaginer un objet possédant une des fonctions principales des drones, filmer/photographier des images en hauteur, mais avec une autonomie beaucoup plus longue et pour un prix « acceptable », ne dépassant pas le prix d’un drone. En discutant, nous nous sommes rendu compte que la capacité du drone à se déplacer n’était pas toujours pertinente, principalement lorsqu’il s’agit d’observer ou de filmer et photographier un évènement (dans certains cas), de plus, il s’agit aussi de la principale consommation d’énergie du drone, influant donc fortement sur l’autonomie.

Ainsi, nous avons rapidement pensé à un « ballon d’observation », c’est-à-dire un dispositif caméra-ballon qui pourrait filmer vue de haut, en s’élevant grâce au ballon.

En effet, un ballon ou une variante (dirigeable, gélule, sphère…) gonflé à l’hélium permettrait à une caméra de prendre facilement de la hauteur avec pour principal inconvénient d’être immobile mais avec une autonomie accrue.

Nous pensons que ces dispositifs pourraient se rendre utiles dans de nombreuses situations. Notamment pour de l’observation :

Journalisme (Point de vue permanent en hauteur permettant de récupérer le plus d’informations)

Caméra surveillance d’appoint (Sur des lieux de rassemblement où il n’y a pas de dispositif de caméra-surveillance =>Festivals, manifestations…)

Surveillance plage (En hauteur, la caméra pourrait permettre de repérer plus rapidement une personne en difficulté dans l’océan)

Films-Photographies d’évènements (Filmer un évènement dans sa globalité =>Anniversaires, mariages, fêtes locales ou court métrage amateur, évènement sportif)

Les utilisations pourraient donc être multiples, néanmoins, nous avons pensé que les besoins ne seraient pas les mêmes pour les différents secteurs, par exemple :

 Dans le cas du journalisme, il faudra certainement des caméras de très bonnes qualités, plus lourdes, et donc redimensionner la taille du ballon.

Dans le cas d’une surveillance de plage, la qualité de la caméra ne sera pas le plus important, mais le ballon devra résister à des conditions météorologiques difficiles : Vent et sable. Il faudra donc un ballon plus robuste

Après des recherches sur l’Internet, nous avons trouvé une entreprise (Phodia) qui proposait la fabrication et la vente d’un dispositif ballon/nacelle pour de la photographie ou des films. Néanmoins, elle s’emble s’adresser à des professionnels avec des moyens, le tarif proposé étant de 5 900€ HT.

Nous avons donc réfléchi aux possibilités de réduire ce prix afin de le rendre accessible à des particuliers et des photographes amateurs.

Le nom de l’objet : Saconney, est en hommage à un officier français, un des premiers utilisateurs du ballon d’observation pendant la première Guerre Mondiale.

Exemple photo prise d’un ballon :

Cahier des charges fonctionnel

Nous dresserons donc le cahier des charges pour un dispositif caméra-ballon low-cost. La caméra n’est pas une priorité, nous rappelons que le projet se porte sur le ballon, la caméra et le dispositif permettant de régler sa position sont donc des « produits sous-traités » mais nous mentionnerons évidemment les caractéristiques nécessaires au fonctionnement du dispositif

Dans un premier temps nous dressons un tableau des fonctions du produit que nous détaillerons et illustreront plus précisément au cas par cas par la suite.

Fonctions Énoncé de la fonction Critère d’appréciation Niveau d’exigence
       FP1 Permettre à la caméra de se maintenir en hauteur  

Hauteur

 

10m<Hauteur<30m

       FC1 Etre autonome Temps utilisation sans intervention externe  

>6heures

       FC2 Etre bon marché Prix <300€
       FC3 Etre transportable Volume

 

Rangement

<Volume coffre voiture

Poignées-fermeture-sangles

       FC4 Etre léger Poids <500g
        FC5 Etre solide Conditions météorologiques Vent-Pluie
        FC6 Etre ergonomique Temps installation

Temps rangement

 

<2minutes

<5minutes

 

 

        FC7 Etre esthétique Couleur  

Sobre

        FC8 Etre respectueux de l’environnement Matériaux

La FP1 sera réalisée grâce à un ballon gonflé à l’hélium qui devra être retenu par un câble au sol, une mini-station devra donc être réalisée qui contiendra un treuil dans la boite de rangement du ballon.

La FC1 est une des plus importantes car doit représenter le principal avantage face à un drone, l’autonomie doit être d’une dizaine d’heure, l’autonomie est dans notre cas seulement limitée par la caméra qui peut être choisi par l’utilisateur. Pour des raisons pratiques, nous préfèrerons dans un premier temps un Smart Phone éventuellement équipé d’un objectif. La visualisation au sol de l’image filmée sera ainsi simplifiée grâce aux applications déjà existantes et les communications sans fils.

Nous estimons, d’après quelques recherches, l’autonomie d’un Smart Phone émettant et filmant une scène à environ 6 heures.

La FC2 doit imposer un prix bon marché du produit, nous devons rivaliser avec les drones (qui offrent la mobilité) et les offres haut de gamme destinées aux professionnels.

Il dépend essentiellement de deux facteurs :

  • Du ballon : Prix difficilement estimable, dépend de sa taille et des matériaux, nous pensons faire une estimation haute en annonçant 250€
  • De l’hélium gonflant le ballon, l’hélium est un gaz assez cher, il devra être conservé entre chaque utilisation. Il faudra néanmoins compenser les pertes de temps en temps. Nous estimons le besoin d’hélium à environ 0.6 mètre cube (expliqué dans FC4). Le prix est assez compliqué à déterminer, mais sur Amazon, on peut trouver des stations de gonflages hélium capacité 0.4m3 pour environ 40€.

On peut espérer faire une charge complète à environ 70€.

Prix total environ : 320€.

La FC3 consiste à rendre le dispositif transportable, le poids dispositif + rangement ne devrait pas dépasser les 2 kilogrammes pour un volume d’environ 0.7m3. Le rangement contiendra le ballon gonflé pour ne pas perdre l’hélium ainsi qu’un petit treuil manuel.

La FC4 la capacité à maintenir en hauteur le dispositif dépend essentiellement de son poids. Il se doit donc d’être le plus faible possible pour réduire au maximum les couts d’entretien, de construction et facilité son transport.

Nous comptons les poids du ballon + Smart Phone nacelle + câble.

Le poids estimé est d’environ 500g.

D’après nos recherches, 1m3 d’hélium permettrai de soulever une masse d’environ 1 kilogramme, nous choisissons donc 0.6m3 d’hélium pour remplir le ballon (de même volume)

La FC6 est essentiellement réalisée grâce au treuil manuel qui permet de régler la hauteur du ballon et permettre la gestion du rangement.

La FC7 est secondaire, mais nous pouvons choisir une couleur sobre/impersonnelle pour le ballon.

La FC8 est réalisé indirectement par le dispositif qui ne rejette pas de CO2 et est réutilisable de nombreuses fois.

Nous souhaitions remercie Alexis TORRALVO de nous avoir aidé sur quelques points du projet.

Une pensée sur “Saconney – Breda/Uslu – S2A”

  1. Voilà un travail qui fait l’objet d’une bonne analyse. Le rendu est un peu sobre, voire en retrait par rapport à un objectif de communication mais le fond est privilégié sur l’apparence. C’est appréciable aussi. L’idée soumise à ce « concours de concept » n’est pas révolutionnaire. Certes. Mais là aussi la bonne maîtrise du raisonnement fonctionnel fait qu’on suit sans problème l’ensemble du raisonnement. C’est très bien d’avoir mis à contribution l’expertise de notre « ancien » de l’étape. Ce travail est très honnête : objectifs du concept modestes mais bien imaginés, un besoin réel et réaliste (remplacer les drones à la mode sur le créneau de l’autonomie), nom du concept choisi en tant qu’hommage à un pionnier de l’aérotstation, mention des conseils reçus, aveu de l’existence d’un produit professionnel repéré… Autant de façon de travailler appréciables. Tout au plus il aurait été bien d’envisager AUSSI les contraintes sur un plan autre que technologique, à savoir les problèmes de sécurité liés à l’occupation de l’espace aérien par le ballon ou à l’éventualité de sa chute au sol ou encore à ses interactions avec les liaisons électriques à haute tension. En conclusion un dossier de projet plus réaliste qu’innovant mais c’est un bon rendu néanmoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *