T.A.D.I – Hakkou/Rakotomavo – S2C

Objet : Machine à Tri Automatique de Déchets Industriels :

Introduction :

La démarche du tri de déchets est une opération crucial suivi par les entreprise actuellement, pour recycler les matières premières.

Dans ce document on va développer notre idée dans un contexte industriel concernant les entreprises visant la politique d’optimisation du tri. Ce qui nous a poussé à réfléchir sur un concept plus complexe mais plus efficace qui va nous permettre de gagner du temps et la mains d’oeuvre  , cette dernière  pourra être  exploitée dans d’autres domaines plus intéressants

Le problème :

Le tri de déchets est une étape fondamentale nécessaire à la collecte plus ou moins sélective de flux de déchets, et la réinsertion des déchets.

Actuellement les usines sont confrontées à des problèmes de gestion de flux de déchets, ce dernier suit un acheminement qui comporte plusieurs étapes : stockage, collecte et tri. Ces étapes sont réalisées manuellement par la main d’œuvre en classifiant les différents matériaux (acier, aluminium, carton, plastique, papier, verre…). Cela étant, des problèmes principalement liés à l’erreur humaine sont à prévoir, provoquant ainsi un arrêt de production et donc pertes de temps et d’argent. De plus la main d’œuvres coûte  de plus en plus chère à l’entreprise, c’est pourquoi on propose de mettre en place ce système de triage automatique des déchets facilitant l’opération du tri et diminuant les mains d’œuvres coûteux à l’entreprise tout en limitant les contraintes qui seront liées à cet objet.

Ainsi l’argent qui sera dépensé pour payer la main d’œuvre sera dirigé à l’entretien annuel ou mensuel de la machine sachant que sur le long terme c’est bénéfique à l’entreprise (pas d’arrêt de production pour des congés ou quoi que ce soit).

Le concept :

Le concept de cette machine repose sur le fait de mettre un système qui permet de détecter, reconnaître et trier les déchets en se basant sur le code barre ainsi que la matière première.

On aura tant de sortie qu’on veut, tout dépendra des besoins de l’entreprise. (Domaine de production)

Cette machine sera constitué généralement d’un :

  • Tapis roulant : pour la distribution des produits: 
  • Scanner code barre : pour l’identification des produits:

  • Scanner laser

Pour les produits sans codes barre ainsi que les verres:

  • Détecteur de métaux (programmables):

On a le choix entre deux de capteurs, on peut soit utiliser un capteur inductifs de 2 à 4 fils ou un capteurs capacitifs 2 à 4 fils. Il existe plusieurs modèle par constructeurs sachant que pour un meilleurs rendement , il est préférable d’utiliser celui avec au moins trois fils pour un meilleurs rendement. Après tout dépend de l’installation de notre objet donc de la distance entre l’objet scanné et le capteur.

 

Les détecteurs capacitifs ont presque le même fonctionnement que les capteurs inductifs. La technologie de ces capacitifs repose sur la variation d’un champ électrique à l’approche d’un objet quelconque.

La perturbation du champ éléctrique va provoquer des variations de l’oscillation qui va être détécté

  • Capteur photoélectrique : pour vérifier la quantité de produit stockés (poubelle pleine à alarme déclenchée pour pouvoir videz la poubelle et repartir à zéro)

-Le principe repose sur le fait de mettre en place un système de sécurité qui va nous permettre de déclencher une alarme une fois le compartiment est saturé. Le laser est envoyé par l’ émetteur vers le récepteur , le récepteur c’est le capteur photoélectrique qui est symbolisé par un contact normalement fermé dans un circuit relié à un relais , lors que le signal laser est coupé, le relais s’ouvre pour ensuite faire commuter le deuxième circuit.

Le deuxième circuit sera composé d’une carte carillon mélodie , l’ interrupteur relié au relais sera relié à l’entrée de carte, déclenchant ensuite l’alarme

 

Analyse fonctionnel:

Il suffit de poser un à un les déchets à trier sur le tapis-roulant qui va les faire passer un à un également par la succession de scanner.

Si il y a une correspondances avec l’un des scanner, un signal sera envoyé vers le distributeur ( qui fonctionnera comme un aiguillage de train).

Le produit redirigé par le distributeur sera acheminé vers le compartiment qui lui sera approprié sachant que la seul limite du nombre de compartiment ici sera le nombre du type de capteur.

Grace a un autre scanner photoélectrique, on peut savoir à quel moment il faut vider le compartiment en se basant sur une alarme qui va se déclencher au moment où on atteint la limite. On en placera un ou deux dans chaque compartiment à un niveau que l’on déterminera : 100% en haut et 0% au fond.

un signal lumineux ou un message s’illuminera dès que le capteur photoélectrique aura détecter un obstacle , le signal qui dira que le compartiment est plein.

Récapitulatif des capteurs utilisés pour le système  :

 

Conclusion:

L’investissement sur cette machine à tri automatique (industriel) peut coûter trop cher mais son fonctionnement  s’avère plus efficace dans le but d’aider les entreprises à gagner du temps et la main d’oeuvre.

Si prochainement on investit pour ce genre de machine , il faut penser à l’entretien et dans ce cas on peut exploiter la main d’oeuvre qui sera former la dessus afin de réaliser l’entretien demandé pour cette machine à tri automatique.

 

Diapositives de l’Analyse Fonctionnel du système:

 

 

Une pensée sur “T.A.D.I – Hakkou/Rakotomavo – S2C”

  1. J’ai eu des difficultés à cerner bien le propos de votre projet. Nous en avions parlé et j’étais resté sur l’idée d’un système de dispatching des déchets urbains recyclables (en gros ce qui pourrait optimiser le traitement des « poubelles jaunes »). Il y a quelques paragraphes un peu confus au début. En fait vous avez opté pour le secteur industriel. Soit. Et cela a le mérite de montrer que les fabricants divers ont eux-mêmes à prévoir en interne une chaîne de recyclage. Toutefois il y a un problème de départ : un industriel qui fabrique des produits finis a par principe peu de déchets car il gère sa matière première d’une façon optimisée. Si les usinages et autres traitements de fabrication produisent des déchets (genre copeaux etc) leur matière est souvent assez caractéristique (un type de métal, de plastique etc) pour dispenser d’une étape complexe de tri. Vous voyez le souci. Par ailleurs pour les matériaux bruts les identifiants de code barre n’ont pas de sens. Les déchets bruts ne sont pas étiquetés. Il reste quoi comme cible à votre concept ? Eh bien si il y en a… Il y a des industriels utilisant des produits primaires multiples – donc à déchets triables – dans leur chaîne de fabrication : l’agro-alimentaire de transformation (genre produits comme la confiserie etc) et l’assemblage de plats préparés (genre Findus, Marie, etc). Dans ce cas votre concept est valable et ça aurait été bien d’avoir pensé vous-mêmes à ces secteurs. Vous auriez pu aussi faire l’effort de préciser en quoi votre concept offrait une promesse exclusive innovante. Sur le plan de l’analyse fonctionnelle, le travail est très correct. Bien documenté et bien illustré. On sent que vous vous êtes intéressés plus à l’approche « solutions techniques » (et surtout à la description de techniques existantes donc pas innovantes) plutôt qu’à la démarche fonctionnelle pure (fonctions d’usage / résolution de contraintes) mais dans l’ensemble c’est un travail intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *