A.S.T – Barrallon/Piraud – S2B

AST
(Analyseur de Sang sur Téléphone)

Tout d’abord, nous avions pensé à créer une plateforme qui rassemblait toutes les idées de différents sites, articles ou autres suggestions de favoris de toutes les plateformes. Par exemple, si on effectuait une recherche sur Mario nous aurions accès à des dits favoris sur toutes sortes de plateformes (jeux, articles, vidéo, goodies) et cela avec toutes les préférences de la personne. Cependant nous n’avons pas retenu cette idée car beaucoup trop de données auraient été proposées et cela aurait été compliqué de gérer les principales demandes avec précisions. De surcroît, cette idée se rapproche trop de l’option « favoris » existante dans les moteurs de recherche même si nous changions quelque peu le concept de ‘’favori ‘’. Nous n’avons donc pas conservé cette option (après avoir utilisé les règles de recherche « du oui mais »,…) et pas réussi à trouver une version améliorée de cette idée qui pourrait nous intéresser.

Après cette première idée manquée, nous avons réfléchi à un autre concept et en regardant dans votre présentation, nous avons voulu nous pencher sur le thème de la santé. Nous sommes donc partis sur une idée d’analyseur de sang rapide, mais celle-ci rejoignait trop le concept de l’analyseur de glycémie (pour le diabète). Nous avons donc recherché qu’elle pourrait être les innovations possibles dans ce domaine et nous avons imaginé un analyseur qui décèlerait tous types de maladie passant par le sang (VIH, malaria, …) en faisant  des hémogrammes pour explorer l’anémie, les défenses immunitaires, les plaquettes et les maladies du sang mais aussi un bilan lipidique pour les risques cardiovasculaire, un bilan glycémique pour le diabète, bilan de la fonction rénale, bilan hépatique, bilan de coagulation, bilan de la fonction thyroïdienne, les inflammations et la prostate, pour cela la personne devra se piquer le doigt et appliquer une goutte de sang sur une languette qu’il insèrera dans l’analyseur.  Pour le côté pratique, la possibilité de le connecter au téléphone et d’avoir les résultats grâce à une application le rend efficace, l’AST serait donc une simple extension du téléphone.

 

La contrainte est que l’appareil ne doit pas être trop imposant, mais pour satisfaire cette contrainte nous avons dû faire une recherche sur le fonctionnement d’un analyseur de sang sachant que cela n’existe pas, pour autant, nous avons trouvé une startup qui a étudié le projet, où ils utilisaient une méthode appelé « spectroscopie d’absorption ». Cela consiste à utiliser des faisceaux lumineux pour décomposer le sang et un laser pour la glycémie, contrairement à une analyse biochimique employée en laboratoire qui utilise un appareil volumineux, notre méthode pourrait facilement devenir compacte. Nous avons aussi le problème de l’hygiène, pour cela, il faudrait tout simplement ajouter un petit kit avec plusieurs languettes et un petit pic pour verser une goutte de sang, ainsi que des produits pour le nettoyer ; il faudra aussi créer une application pour recevoir les données.

Une pensée sur “A.S.T – Barrallon/Piraud – S2B”

  1. Ce travail a cherché à suivre la démarche d’innovation proposée en cours. Certes. Mais la construction de l’argumentation de projet est quasiment absente. Le conseil méthodologique qui a été donné « chercher des équivalents sur le Web » n’a pas été suivi. Vous avez bien pensé que ce concept existait déjà du fait des progrès réalisés pour les analyseurs autonomes des personnes diabétiques, de plus maintenant couplées à des applications sur téléphone et même au cloud pour l’historique des bilans. Mais il aurait fallu aller voir ces systèmes pour vous en inspirer. Vous auriez pu ainsi en voir les aspects utiles à garder ou à améliorer et vous auriez aussi pu constater des limites ou des problèmes. Dans ce cas votre innovation serait partie de l’existant pour aller bien plus loin. Et au passage vous auriez gagné d’une part des idées sur des automatismes miniaturisés et d’autre part de l’imagerie toute prête ou à modifier pour défendre votre propres concept innovant… Donc vous ne faites qu’esquisser une idée. C’est dommage. Votre idée était très loin d’être mauvaise mais le travail de communication technologique sur cette idée est insuffisant. Vous avez eu le bon esprit de départ, pourquoi n’avoir pas continué ? La ténacité fait partie des qualités du concepteur industriel. Il ne faut pas se lasser ou se satisfaire trop vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *